La vie est notre école!

Notre éducation n'a pas débuté avec la maternelle et ne se terminera pas avec l'obtention d'un bout de papier nous proclamant prêts pour un emploi. Nos apprentissages ne sont pas restreints à certains mois de l'année, à certains sujets préétablis ou à certains manuels qui fragmentent les notions selon des matières et des objectifs. Nous n'avons pas de cahiers dédiés à séparer la science de l'histoire de l'art de la géographie. Nous ne visons pas l'accumulation de notes, nous n'avons pas besoin de petits collants, de 100% ou de A+ pour prouver notre valeur et nos apprentissages.

La vie est notre école! Nous apprenons tout ce qui nous intéresse, au moment où ça nous intéresse! Librement et naturellement! Quelle joie de ne pas être limité à ce que les concepteurs d'un manuel ont pensé! Les possibilités sont infinies!


(Illustration de Pawel Kuczynski)


Liberté d'être! Sans impositions!

Ici, on vit ça à fond!  Je n'impose pas ce que je pense que ma fille devrait être ou ce que je pense qu'elle devrait savoir! Qui a le droit de dire qu'un enfant doit obligatoirement lire à 6 ans et alors imposer des "apprentissages", des examens, des devoirs, des "reste assis et concentre-toi", des projets, des cahiers? Qui a le droit de choisir ce sur quoi l'enfant devrait porter son attention? Personne!!! Voilà pourquoi on a choisi de vivre les apprentissages libres! Cette liberté d'être ne se termine pas quand on atteint l'âge scolaire établi par le gouvernement. Cette liberté d'être est permanent.
J'ai choisi de respecter la liberté d'être de mon enfant. Et tranquillement, j'ai repris mon droit à la liberté d'être.



Faire confiance, observer, soutenir et offrir!

"Le unschooling ou éducation écologique, c'est l'attitude qu'on adopte lorsqu'on choisit de FAIRE CONFIANCE plutôt que de craindre, d'OBSERVER plutôt que de démontrer, de SOUTENIR plutôt que d'imposer et d'OFFRIR plutôt que de limiter."


Un site à parcourir et découvrir: http://www.laviechezlesvivants.com


Leur page facebook: https://www.facebook.com/laviechezlesvivants

Libération!

J'étais bonne à l'école. Je comprenais bien ce que les profs attendaient de moi. J'avais une bonne mémoire, alors j'arrivais bien à retenir les informations et les recracher à l'examen. Je suivais bien les instructions. Je réussissais bien à répondre aux questions en lisant un manuel. J'ai donc passé 22 ans de ma vie à perfectionner ces habiletés de mémoire et d'obéissance et acquérir quelques connaissances dont la majorité me servent jamais.

Ouache.

Ce fut donc tout un travail de me déscolariser. Me retrouver. Reprendre ma liberté de penser. Comprendre que tout part de mon intérieur et cesser de me laisser imposer quoi que ce soit. Apprendre à réfléchir, vraiment. Quelle libération!

Pour notre famille, nous avons choisi de respecter cette liberté innée et naturelle. Nous avons choisi les apprentissages libres.

On peut tout apprendre!

Oui, on peut apprendre en passant de nombreuses heures assises dans un local, à écouter une personne d'autorité nous dicter quoi faire et comment le faire.

Oui, on peut apprendre en mémorisant tout plein d'informations qui nous sont imposées et en les retranscrivant sur des feuilles d'examens.

Oui, on peut apprendre sous la pression et la peur que c'est le seul moyen que nous aurons un avenir.

Oui, on peut apprendre sous le stress de ne pas vouloir échouer.

Oui, on peut apprendre parce que tout le monde dit que c'est important.

Tous ces moyens nous amèneront souvent à apprendre, tout en oubliant éventuellement des grands bouts.

Ou on peut apprendre en écoutant ce qui vibre profondément en nous, en suivant nos intérêts et la curiosité de ce qui nous entoure. On peut apprendre naturellement et joyeusement, sans être obligé, ni menacé. On peut apprendre librement! On peut apprendre parce que la vie est riche et intéressante!

Je préfère apprendre par passions, en suivant mon coeur et la vie! Et c'est ce que je choisis d'offrir à ma famille!

*Je précise qu'apprendre, sans que ça parte véritablement de soi, n'est pas vraiment apprentissage, selon moi...*

Vive la non-rentrée!

La rentrée scolaire, c'est de rentrer dans un moule, dans un cadre défini et limité. Dring! Dring! La cloche sonne. Par ici, la rentrée dans les normes! Placez-vous en rang!

Non, merci!

Chez nous, on célèbre la non-rentrée!!! Vive la vie en apprentissages libres!




La socialisation

En voyant un travailleur de la ville peindre la borne fontaine devant notre maison, ma fille Janie a eu envie de lui demander le nom de la belle peinture rouge flamboyante!  C'est ainsi qu'elle a jasé avec cet homme et elle a appris des tonnes de choses!

En plus de comprendre le rôle de la couleur du capuchon de la borne, la conversation s'est poursuivie sur le travail de monsieur, sa retraite bientôt, ses passions, sa famille...  C'était fascinant d'observer à quel point cet homme est reparti plus léger et plus joyeux que lorsqu'il est arrivé!


Dire que j'ai si souvent entendu: "Et qu'arrivera-t-il pour la socialisation si elle ne va pas à l'école?"


Remettre le jeu au coeur des apprentissages

"Plus qu'une nouvelle façon de penser, André Stern invite donc à adopter une nouvelle attitude, faite de respect envers nos formidables dispositions spontanées. Il s'agit de laisser l'enfant choisir ses centres d'intérêt.

"Aujourd'hui, on sort un enfant de son flot et on le met sur la berge pour lui dire : 'et maintenant regarde ceci'. S'il a envie de regarder ailleurs, on ne le laisse pas faire". Pourtant, un enfant est par nature enthousiaste de tout, et tout est source d'apprentissage."

Tout le texte, ici:

Bâtir un pont

Il y a des fois où on a l'impression qu'une barrière se dresse entre nous et notre enfant... Que tout ce que l'on tente pour améliorer la situation ne fonctionne pas...

Quand on se retrouve en situation de barrières, je crois que la meilleure chose à faire est de sauter la barrière et aller rejoindre notre enfant de son côté à lui! Cessons toutes les stratégies pour tirer l'enfant de notre côté de la barrière - et donc qu'il agisse comment nous on voudrait... Pourquoi pensez-vous que nous sommes physiquement plus grands que nos jeunes enfants?  Nos jambes sont plus grandes pour nous permettre de franchir la barrière. C'est à nous de le faire, elle est là notre responsabilité parentale.

Aller rejoindre notre enfant de son côté de la barrière implique une grande connexion avec notre enfant, dans son monde à lui - comprendre ce qu'il comprend, ses perceptions, ses ressentis. Sans jugement. En accueillant avec bienveillance. Totalement. Connecter avec ce qu'il vit présentement, ses passions, ses intérêts, ce qui le fait vibrer!

Nous bâtissons un pont pour passer par-dessus la barrière et se rendre à notre enfant. C'est lorsque nous serons ensemble, du même côté, main dans la main, sourire aux lèvres, que nous pourrons avancer et retraverser le pont pour revenir ensemble au point désiré.

Main dans la main.



L'attitude

Je suis émerveillée par la puissance de mon attitude!

Exemple de situation: c'est l'heure de la routine du dodo...  Voici mon expérience avec deux attitudes différentes:

D'abord, avec exaspération!!  C'est long, la routine...  Je suis fatiguée rendu à ce moment de la journée et j'ai envie de simplicité.  Or, pour ma fille, ce n'est pas si simple!  Je focusse sur le résultat: tout le monde au lit et en un clic de doigts svp!  iiiiiiiche, ai-je besoin de préciser que ça ne se passe pas ainsi?  Stress, pleurs, cris, claquages de portes...  Une heure plus tard, épuisée et triste, on se couche...  Et on recommence le lendemain...

J'ai tout tenté - les conséquences, les renforcements, être ferme, être souple, accompagner ma belle à chaque étape, insister, la laisser découvrir son rythme...  J'avais beau enfiler mon plus beau sourire, en dedans je bouillais et je voulais juste qu'on aille se coucher.

J'ai tenté de recharger mes piles avant la routine, question d'être plus patiente pour l'heure la plus difficile qui m'attendait...  Succès moyen, en chute libre.

Puis, un jour, j'ai choisi de changer mon ATTITUDE.



Plus facile à dire qu'à faire.  Mais j'étais déterminée.  Et tellement à bout que ça devenait essentiel!

J'ai donc troqué l'exaspération pour l'acceptation.

L'acceptation totale.
Sans stress.
Sans attentes.
Sans pressions.
Sans objectifs.
Et surtout, avec tout plein d'amour.
Et bienveillance.
Et tendresse.

D'après vous, est-ce que ça s'est mieux déroulé?  Bien sûr!!!

Mais alors, si c'est si évident, pourquoi continue-t-on à approcher une situation avec une attitude d'exaspération?

Dès le moment où j'ai pu réellement embarquer dans la routine du dodo avec une acceptation totale, cette étape de notre journée fut transformée.

N'est-ce pas fascinant que c'est lorsque je suis prête et 100 % ouverte que ce soit long, que ça devienne rapide?  Puis n'est-ce pas fascinant que ce soit quand j'accepte avec amour et tendresse chacune des étapes compulsives de ma fille, qu'elle soit capable de les relâcher?

Ce n'est pas ce que je fais.  C'est COMMENT je le fais.  Tout est une question d'attitude.

Alors maintenant, devant un défi, je ne cherche plus ce que je peux faire.  Je cherche comment améliorer mon attitude!