Complices des Enfants

Voici des extraits du texte Complices des Enfants, de Léandre Bergeron.

*  *  *

"Faire son "éducation" à la maison? Faire la même chose qu'à l'école mais en dorant la pilule? Se fendre en 4 pour rencontrer les soi-disant normes de l'école (du MELS)? Et se retrouver, en bout de ligne, épuisés, avec à peu près les mêmes résultats? Non, merci.

Alors là on fiche par-dessus bord tous les programmes, toutes les "normes", toutes les incessantes comparaisons, les tests, on se vide de tous ces schémas conformistes, ces cadres de pensée qui emprisonnent et l'on embrasse son enfant et la vie. Et on l'écoute.

On ne lui dit plus : "Il faut que tu saches ceci à ton âge, etc." On rompt définitivement avec le devrait savoir, le devrait être, le devrait penser, le devrait faire. On lui fiche la paix. On le respecte. On voit à son bien-être, c'est-à-dire qu'on devient son complice. Ensemble, on est complices, envers et contre tout et tous s'il le faut. Et là, tout change.

Quand l'enfant sent dans la profondeur de son être que l'adulte dont il dépend pour survivre n'est pas son géôlier mais son complice dans l'action de vivre, il veut tout savoir, tout apprendre, tout connaître, mais en temps et lieu. Et il s'ouvre comme une fleur au soleil. Et là, plus d'effort. Tout vient. Ses questions surgissent. Et on répond à toutes ses questions dans l'humilité car, en fait, on en sait pas grand-chose.

Se décharger du poids des devrait être, devrait savoir, devrait faire. Alors la complicité s'installe. On fait confiance aux enfants."